Nous proposons un accompagnement diversifié que nous évaluons régulièrement pour répondre au besoin des personnes accueillies.

 

Il a pour objectif de permettre au jeune de mobiliser les ressources nécessaires pour avancer sur son chemin. Il soutient la personne dans la recherche du sens qu’elle veut donner à sa vie. En chacun, il cherche à renforcer les compétences personnelles qui lui permettront de prendre en main lui-même ses propres difficultés et de construire activement son avenir.

Le projet individuel add

Chamby sur Montreux

Route de Villard 20

Co-construction du projet
Le jeune est accompagné dans son projet individuel dès le premier contact durant tout le séjour qui est limité dans la durée.

Le projet est co-construit avec le jeune dans le but d’un mieux-être et d’une insertion socio-professionnelle visant l’autonomie, la participation et l’inclusion dans la société.

Le projet individuel tient compte des choix, des espérances et des besoins du bénéficiaire et vise dès l’entrée le développement des compétences personnelles, sociales et pré-professionnelles nécessaires à l’insertion.

Temps d’observation
Durant le premier mois, le jeune s’engage à rester en continu à La Clairière ; le temps d’évaluer avec son référent et son réseau le cadre individuel lui permettant de développer son projet et de construire des compétences nécessaires à l’insertion socio-professionnelle.

Les entretiens
Des entretiens réguliers avec son référent, les maîtres socio-professionnels et les thérapeutes, offrent au jeune un soutien et lui permettent d’évaluer son parcours et de réorienter son projet.
Tous les trois mois et lors des transitions, le réseau est convoqué pour faire le bilan du parcours pour accompagner et soutenir le changement.

Le parcours évolutif
Le projet se déploie dans le cadre de l’offre institutionnelle. Il est réévalué semaine après semaine. Il s’adapte au mieux aux besoins du jeune en évolution.
Le parcours par étape permet au jeune de développer son projet d’insertion aussi proche de ses aspirations que possible et aussi réaliste que nécessaire.

A Chamby : évoluer dans un cadre sécure et bienveillant
Sur son site de Chamby, la Fondation offre un cadre protecteur, bienveillant et sollicitant, permettant au jeune de retrouver la sécurité nécessaire pour se stabiliser et s’engager. Le chemin individuel se construit à travers la confrontation à lui-même, au groupe (des pairs) et aux activités.

Les activités de la vie quotidienne (dans les ateliers, les divers cours, les activités culturelles, artistiques et sportives, les loisirs, les thérapies) offrent de nombreuses expériences et découvertes.

Le renforcement de la personne est soutenu par la valorisation des nouveaux intérêts, des découvertes et des compétences acquises, de l’autonomie croissante dans le travail, des responsabilités assumées, du rôle d’exemplarité.

Le jeune apprend à prendre du recul par rapport à sa propre situation, et à s’investir dans la thérapie et le travail sur soi. Peu à peu, il conscientise ses attitudes et les comportements face à lui-même et aux autres. Il apprend à faire des choix, à envisager et à accepter le rétablissement.

Les bilans et rétrospectives après la réalisation des diverses activités permettent au jeune d’exister devant le groupe et de se positionner.
Ces moments d’évaluation permettent la reconnaissance des changements par le bénéficiaire lui-même, sa famille, ses pairs, l’équipe.

Des moments de passage et des projets spécifiques valident également le changement ; il s’agit notamment :

  • Des fêtes à des moments spécifiques.
  • Des rencontres et des échanges avec des pairs aidants.
  • La réalisation et la présentation d’ouvrages personnels artisanaux ou artistiques, avec présentation.
  • La mise en place de projets particuliers.

 

A Fenil : Se mettre à l’épreuve du monde extérieur
L’entraînement à insertion socio-professionnelle à Fenil permet au jeune de mettre en pratique les compétences acquises. En prise avec les exigences du monde de travail et face aux situations de vie qui ont pu être des obstacles par le passé, il apprend à faire face au défi du travail, à ses limites, à ses succès, aux situations qui ont pu provoquer l’échec par le passé. Il est amené à choisir, à oser, parfois à faire le deuil, à être réaliste. Il devient indispensable de savoir faire appel à de l’aide si nécessaire.

En appartement
L’acquisition de l’autonomie s’exerce dans la durée, dans le cadre de la vie communautaire en appartement ou dans le cadre de l’accompagnement ambulatoire jusqu’à ce que le jeune soit suffisamment stable pour faire face à la fin définitive de l’accompagnement.

Les droits du jeune
La Fondation respecte les droits fondamentaux du bénéficiaire.

Les limitations éventuelles des droits sont décidées en fonction des besoins d’accompagnement socio-éducatifs individuels du bénéficiaire.
Le bénéficiaire et son réseau est impliqué dans toute décision limitant ses droits.

Les devoirs du jeune
Dans le cadre du projet individuel le bénéficiaire assume des responsabilités envers lui-même, le groupe, les professionnels de l’accompagnement et l’institution.

Le jeune s’engage à :

  • Se positionner face à l’offre de l’institution et son propre désir ou non désir d’aller vers un rétablissement dans le cadre de cette offre.
  • De respecter la vie et l’intégrité physique et psychique : la sienne, celle des autres bénéficiaires, des accompagnants, de toute autre personne, des animaux de la ferme thérapeutique
  • De respecter le parcours de chaque bénéficiaire
  • D’utiliser le matériel, les installations et les bâtiments de La Clairière avec le soin nécessaire.

 

Prévention
Afin de pouvoir accompagner le bénéficiaire dans des situations critiques, La Clairière met en œuvre une politique de prévention. Celle-ci permet au bénéficiaire de se responsabiliser et de s’autodéterminer au mieux mais elle vise également à le protéger de tout débordement et envers un tiers.

La politique de prévention concerne les divers risques, dont notamment les risques suicidaires, l’anticipation des crises, la prévention de la violence et des comportements transgressifs.

Dossier
Le dossier du bénéficiaire documente le suivi des objectifs, les moyens, leur évaluation, des événements saillants du parcours du bénéficiaire, les mesures de prévention. Le bénéficiaire y a accès à sa demande.

Ressources
Tout au long du parcours La Clairière s’efforce d’adapter les ressources mises à disposition pour répondre au mieux au besoin du jeune.

En fonction du besoin, des ressources externes à l’institution sont mobilisées. Celles-ci s’appuient sur des partenariats de l’institution avec des services tiers et sont mises en place avec l’accord du bénéficiaire.

L’objectif est de mettre en place, en vue de la vie hors institution, un réseau porteur adapté au besoin individuel présent et futur. (Mise en place de suivi pour addiction, suivi médical et thérapeutique, curatelle, mesures AI etc.)

Sortie d’institution
Une sortie concertée et non urgente se fera au moment où le jeune aura une activité professionnelle régulière et/ou un nouveau lieu de vie et, généralement, lorsqu’il a suivi un soutien régulier.

A chacune des étapes décrites, à Chamby, à Fenil et à l’appartement, la situation du jeune peut l’amener à quitter la Fondation La Clairière.

Lorsqu’un jeune ou son curateur décide, de manière unilatérale, de mettre un terme au séjour à La Clairière, le délai de résiliation est d’un mois.

Lorsqu’il y a non-respect grave ou répétitif du jeune de ses devoirs, La Clairière se réserve le droit de mettre un terme à l’accompagnement, le cas échéant avec effet immédiat.

Les sorties font l’objet d’une réunion de tous les intervenants du réseau et des professionnels engagés à ce moment. Ceci afin de donner à chacun l’image la plus complète possible du parcours du jeune, des acquis et des difficultés résiduelles ainsi que des besoins de soutiens ultérieurs, selon le point de vue de l’équipe.

Pendant l’entretien de sortie, il est demandé par écrit au bénéficiaire s’il autorise La Clairière à prendre de ses nouvelles. Selon les possibilités, une feuille d’évaluation lui est envoyée un an après sa sortie. La Clairière tient compte des retours pour adapter et développer ses pratiques et son offre.

Le séjour socio-thérapeutique add

Chamby sur Montreux

Route de Villard 20

L’accompagnement socio-professionnel
Les ateliers offrent des terrains d’engagement et de découvertes de type pré-professionnel. Les bénéficiaires y acquièrent des compétences nécessaires à l’insertion professionnelle future.
L’équipe des maîtres socio-professionnels (MSP) propose des projets de travaux appropriés aux capacités du jeune, permettant de construire sur des réussites. Le MSP cherche à définir avec celui-ci l’objectif de développement personnel dans ledit travail.

Les activités choisies répondent à des besoins réels, sans toutefois être soumises à une pression de rendement. Les activités sont accessibles aux compétences du jeune, ne sont cependant jamais simplement occupationnelles. Le jeune doit pouvoir y trouver du sens.

Tout est mis en œuvre pour que le bénéficiaire puisse adhérer à ce qu’il fait, développer sa confiance en soi et ainsi travailler sur sa capacité d’engagement, le soin apporté, l’endurance, la régularité, la tolérance à la frustration. Le bénéficiaire est valorisé par l’utilité concrète du résultat du travail.

A la fin de chaque période de travail, le jeune effectue un bilan du travail accompli avec le responsable de l’atelier, en fonction des objectifs établis initialement dans le but de valoriser les acquis, de renforcer le regard positif sur lui-même et conscientiser les difficultés.

La ferme thérapeutique
La ferme de La Clairière fonctionne selon l’approche biodynamique. Les différents secteurs d’activités de la ferme comme le jardin, l’élevage, la forêt, la fromagerie fonctionnent en interdépendance. Les jeunes s’intègrent dans le travail à la ferme dans une ou plusieurs activités, selon le climat et les saisons, leur permettant ainsi de s’engager en fonction des besoins et des contraintes réelles. En lui renvoyant l’effet direct et visible de son action, la nature lui permet de se découvrir comme acteur responsable.

Le travail sur les rythmes journaliers comme la traite, l’affouragement, le nettoyage des étables permet aux jeunes de s’ancrer dans un quotidien sécurisant, de prendre soin des êtres vivants qu’ils côtoient et de percevoir la nécessité de leur engagement.

D’autres travaux exigent beaucoup d’adaptabilité en fonction du climat et des saisons (foin, déplacement d’animaux, récolte, mise-bas, situation d’urgence, etc.). Les différents travaux recouvrent un large éventail de gestes et d’attitudes.

Les différents animaux (vaches, poules, cochons, brebis, chèvres, ânes) correspondent à diverses sensibilités. En choisissant les animaux côtoyés, les rythmes et l’enchaînement des activités, les jeunes prennent conscience de leurs forces et faiblesses, dans le cadre d’un accompagnement adapté et personnalisé.

L’atelier de menuiserie
Dans cet atelier, les jeunes apprennent à travailler le bois par une approche artisanale du métier. Ils utilisent et développent leurs capacités de conceptualisation, de précision, de motricité fine, Ils doivent apprendre à gérer les dangers et à respecter les délais. A travers les travaux d’entretien et de conciergerie, ils acquièrent des outils pour leur autonomie future.

Les activités comprennent :

  • la transformation du bois en des objets pratiques et usuels du quotidien,
  • la confection du mobilier,
  • une partie de l’entretien des bâtiments,
  • l’amélioration de la fonctionnalité et du confort des habitations et des autres infrastructures,
  • des commandes externes.

 

L’atelier de cuisine
Dans la continuité de la production de la ferme, la cuisine utilise les produits qui en sont issus afin de donner aux résidents une vision d’ensemble du processus alimentaire.

L’activité permet aux jeunes de développer des qualités comme l’organisation au travail, la planification, l’adaptation locale et saisonnière. Elle fait appel à des valeurs d’altruisme, à la lutte contre le gaspillage et à la découverte d’une alimentation équilibrée.

L’entretien et le soin du foyer :
Comme cohabitant d’un foyer d’accueil, le résident fait l’expérience de la nécessité de prêter attention à la propreté et à l’ambiance soignée pour que chacun se sente à l’aise. Il participe aux nettoyages, aux lessives et aux repassages ; il prépare des repas simples.
L’activité permet au jeune de développer son indépendance.

Projets de réalisations personnelles
Tout au long du parcours, les jeunes sont encouragés à développer leur initiative et leur sens des responsabilités dans le cadre des ateliers. Durant les dernières semaines de son séjour à Chamby, le bénéficiaire réalise un travail personnel. Il met en œuvre son initiative personnelle de la manière la plus autonome possible, à travers la confection d’un objet ayant une utilité pour l’institution ou à une création artistique. Une fois l’ouvrage réalisé, le résident présente le processus de travail et le résultat à l’ensemble des bénéficiaires et aux collaborateurs. Le regard des autres sert de validation du parcours. Le bénéficiaire aura laissé une trace de son passage dans l’institution.

Journées d’action
Une fois par mois, une journée d’activité commune est organisée. Les jeunes et les collaborateurs disponibles se retrouvent pour faire les foins, nettoyer la forêt, prendre soin des environs. Ces moments au service du bien commun mettent tous les résidents à égalité dans les tâches. Les bénéficiaires font l’expérience de situations où l’asymétrie de la relation d’aide s’efface voire s’inverse.

L’offre de cours
Les bénéficiaires peuvent profiter d’une offre de cours sur des thèmes les plus divers qui permettent de redécouvrir le goût du savoir, du savoir-être et du savoir-faire.

  • Des cours traitant des sujets du type multimédia, sexualité, civisme.
  • Des cours de culture générale (par exemple astronomie, botanique).
  • Des cours artistiques (par exemple peinture, sculpture sur bois, chant, théâtre, photographie, réalisation de films etc.).
  • Des cours artisanaux (par exemple vannerie, reliure, forge).
  • Des cours de sujets d’utilité pratique.

 

Ces cours contribuent à surmonter des échecs de formations passées et à permettre d’envisager la reprise de la formation scolaire ou professionnelle.
En sollicitant les intelligences variées et multiples, ils stimulent les compétences et la confiance en soi du bénéficiaire.
Les activités sont animées par des professionnels passionnés par la transmission de leurs compétences et permettent de découvrir et de s’investir dans des domaines tels que : … ?

Les prestations de soins
Dans l’objectif de l’insertion socio-professionnelle les jeunes sont accompagnés vers une autonomie dans les soins.
Ils apprennent à gérer leur médication (sous responsabilité de l’institution pendant l’hébergement, sous la responsabilité du bénéficiaire en accompagnement ambulatoire).
Dans cet objectif les jeunes sont informés sur la médication, la réduction des risques et les questions de prévention.
L’hygiène de vie fait l’objet d’une attention particulière ainsi que l’apprentissage des soins appropriés en cas de maladie.

L’infirmière joue un rôle-clé dans le dispositif. Elle supervise la collaboration avec les médecins traitants, les soins journaliers, les commandes et le suivi de la prise de médicaments.

L’accompagnement thérapeutique :
L’offre thérapeutique de La Clairière constitue une de ses spécificités. La diversité des approches entre thérapies artistiques, thérapies corporelles ou selon besoin, psychothérapie en externe, permet d’offrir aux bénéficiaires des portes d’accès en fonction de leurs compétences.

Sur le plan somatique, les thérapies aident le bénéficiaire à corriger les déséquilibres existants (veille, sommeil, respiration, rythmes de la digestion). Il s’agit souvent de surmonter d’importants problèmes d’endormissement et de réveil. A travers leurs effets sur les processus psychologiques et physiologiques, l’offre thérapeutique réactive les forces de régénération du patient.

Sur le plan psychique, les thérapies artistiques stimulent l’imagination créatrice qui permet de résoudre les conflits intérieurs. Elles offrent structures et formes au vécu du bénéficiaire et elles contribuent à une meilleure perception et appréhension de soi, au renforcement et la construction intérieure, au développement de la personnalité. Elles peuvent augmenter l’aptitude et le plaisir du bénéficiaire à l’effort d’insertion, lui permettre de trouver sa place et de manifester sa créativité dans un monde d’exigences sociales et professionnelles.

La Clairière collabore avec des psychothérapeutes et psychiatres externes, qui interviennent soit sur le site, soit à l’extérieur, ainsi qu’avec d’autres thérapeutes en fonction du besoin spécifique du bénéficiaire.

L’accompagnement socio-éducatif au quotidien
En dehors des entretiens hebdomadaires, le travail d’accompagnement socio-éducatif comporte également un accompagnement dans la vie quotidienne. Ce dernier vise l’autonomie et comporte divers champs : l’hygiène, la gestion des affaires courantes, des finances, les interactions, le ménage, la lessive.

Les bénéficiaires sont encouragés à devenir acteurs responsables de leur temps libre, de choisir et d’organiser les activés durant les soirées et les week-ends. Le résident dispose d’un espace privé, de sa propre chambre qu’il est encouragé à personnaliser.

Les camps et les voyages
Les jeunes bénéficient d’une offre de camps.
Des voyages culturels sont organisés chaque année, durant lesquels les participants ont l’occasion de découvrir, à travers l’exercice de la peinture, un lieu particulier, sa nature, son histoire et ses traditions.

Des camps sportifs, de neige en hiver et de randonnée itinérante en autonomie, sont proposés dans le but de familiariser les bénéficiaires avec la ressource que peut constituer le sport dans la nature.

L’ensemble de ces activités culturelles et sportives stimule la relation du jeune à soi, au monde, à l’autre, en sollicitant la contribution active des bénéficiaires, leurs ressources et leurs intérêts.

Les excursions individuelles
En cas de besoin particulier, une excursion individuelle peut être co-organisée avec le référent éducatif. Elle permet au bénéficiaire, de prendre de la distance envers la vie en institution et de travailler sur des questions-clé, de valider des choix et de se réinvestir différemment dans le parcours.

Les activités sportives et culturelles
Les jeunes sont encouragés à pratiquer des activités sportives qui sont organisées les mercredis après-midi. Des activités culturelles, sportives ou autres sont co-organisées durant les week-ends de présence des jeunes.

Les fêtes
Les fêtes individuelles (anniversaires, fête de départ, etc.) et les fêtes traditionnelles (Noël, Pâques, Saint-Jean, 1er août) constituent une offre spécifique permettant aux jeunes de vivre des moments festifs, permettant de faire l’expérience d’un bien-être sans recourir à la consommation de substances.

L'insertion socio-professionnelle à Fenil add

Fenil

Chemin d’Orient 3

Après avoir pu évoluer dans l’espace thérapeutique protecteur sur le site de Chamby, le jeune arrive à Fenil où il fait à nouveau face, mais de manière progressive, aux exigences du travail ou à toutes autres activités du « monde extérieur ».
Le projet qui voit le jour tient compte des impulsions personnelles au regard d’une évaluation extérieure.

  • Le jeune est appelé à mettre en œuvre sa propre volonté. L’accompagnement est axé sur le soutien de celle-ci, dans le cadre des entretiens individuels hebdomadaires avec l’éducateur de référence, qui se poursuit
  • Les expériences et l’évaluation, dans le cadre de l’accompagnement permettent au bénéficiaire de définir son niveau d’aptitudes dans les divers domaines (travail, loisirs, relations).
  • Une intégration progressive est planifiée avec l’objectif ultime de permettre au bénéficiaire de trouver durablement et de manière optimale sa véritable place personnelle en intégrant pleinement la société dans un esprit participatif.
  • Le référent du jeune identifie avec lui les soutiens nécessaires et appuie leurs mises en œuvre. Il implique le réseau du bénéficiaire, sa famille et le cas échéant le curateur.

 

Le jeune s’engage ainsi, de manière progressive, avec la mise en place de stages de plus longues durées, puis d’une formation correspondant à ses capacités. Elle pourra consister en un apprentissage en milieu ouvert, un préapprentissage, une reprise des études, une formation en milieu protégé, voir la recherche d’une institution offrant à la fois lieu de vie et activité professionnelle à long terme.

Le jeune est accompagné dans sa confrontation à des stages professionnels en entreprise demandant un investissement croissant, tant en intensité qu’en durée.

Les trois premiers stages sont ciblés en fonctions des évaluations établies avec la personne de référence.

Par ses essais dans la vie professionnelle, le jeune met à l’épreuve ses motivations, ses intérêts et ses capacités. L’intervention des éducateurs consiste à le soutenir dans les démarches et différentes activités qu’il entreprend lui-même et à l’aider à évaluer ses expériences avec les maîtres de stages. Cela permet d’aiguiller le bénéficiaire vers le type d’activité et de formation le plus approprié pour lui. Pour mener à bien cette tâche, un recours à l’appui est utile : orientation professionnelle, soutien socio-éducatif, cours de rattrapage individuels, mesures AI.

Vivre ensemble, devenir autonome et responsable
Sur le site de Fenil l’offre permet de continuer le travail sur l’acquisition de l’autonomie et le sens de la responsabilité. Six à dix bénéficiaires cohabitent dans une maison qui doit être également entretenue. Les éducateurs, présents la journée, s’assurent que les travaux d’entretien de la maison, les préparations des repas et les lessives soient assumés tour à tour par les bénéficiaires présents, en particulier par ceux qui se trouvent entre deux périodes de stage.

Le feed-back régulier des paires quant à l’investissement individuel de chacun, dans le cadre de deux réunions hebdomadaires, sert à la rétrospective et permet la consolidation des acquis sociaux.

Durant leur séjour, les jeunes bénéficient d’une nourriture saine et équilibrée. Ils sont incités à personnaliser la chambre individuelle dont ils disposent pour toute la durée de leur séjour.

La gestion des loisirs
Les bénéficiaires sont encouragés à choisir individuellement une ou plusieurs activités régulières pendant leur temps libre, culturelle ou sportive et ceci sans l’appui du groupe des autres bénéficiaires.
Les expériences faites pourront être reprises et évaluées dans les entretiens avec l’éducateur de référence.

Les week-ends permettent l’apprentissage de la planification de loisirs. L’offre permet au bénéficiaire de faire face à ses fragilités et de continuer l’apprentissage de la gestion de :

  • la tentation de l’alcool, des drogues,
  • la fréquentation des milieux qui en favorisent la consommation,
  • la création de nouveaux réseaux de relations,
  • l’établissement de nouveaux modes relationnels avec son milieu d’origine, etc.

 

Ainsi, les soirées et week-ends libres sont un champ d’exercices qui fait partie intégrante de l’insertion socio-professionnelle. Les jeunes participent ou organisent de manière autonome les week-ends passés au sein du foyer.

L’insertion professionnelle bien engagée, le bénéficiaire réalise un projet de vacances plus conséquent, thématisé avec sa personne de référence.

L'accompagnement à l'autonomie en appartement add

La Tour-de-Peilz

La Clairière offre un accompagnement à l’autonomie dans un appartement collectif.

Pour les jeunes qui se sont engagés dans un parcours professionnel mais qui souhaitent encore profiter d’un accompagnement ciblé vers l’autonomie, La Clairière offre la possibilité de s’exercer à l’autonomie dans un appartement qu’il partage avec d’autres jeunes. Pour pouvoir en bénéficier, le jeune doit présenter un niveau de responsabilité personnelle suffisant, avoir engagé une activité pré-professionnelle, professionnelle ou une formation à 50% au moins et être capable de demander de l’aide en cas de besoin. De plus, il doit pouvoir assumer la responsabilité de sa médication.

Le travail sur l’autonomie peut concerner divers champs : responsabilités liées à la vie quotidienne, à l’organisation du temps, aux finances, à l’administration, à la relation à soi et à autrui, à la gestion des conflits et de sa fragilité.

Le bénéficiaire continue notamment à être soutenu dans la création d’un réseau de relations, ainsi que dans le développement d’activités de loisirs régulières et porteuses.

Le soutien se fait sous la forme d’entretiens hebdomadaires ou bihebdomadaires avec un éducateur de référence qui connaît le parcours et les fragilités du jeune et la mise à disposition d’un piquet téléphonique.

De plus, une rencontre hebdomadaire avec l’éducateur de référence est organisée pour soutenir la discussion quant au partage des tâches et des espaces qu’implique toute vie en commun.

Accompagnement à domicile add

La prestation s’adresse à des jeunes qui, après la sortie de La Clairière, continuent d’avoir besoin de l’aide et en sont demandeurs ou à d’autres bénéficiaires dans la région de la Riviera

Les objectifs
L’accompagnement est destiné à soutenir le jeune dans ses objectifs qui peuvent être :

  • stabiliser la situation socio-professionnelle, retrouver un travail ou une occupation,
  • établir un plan de formation,
  • préparer ou réussir une formation,
  • gérer les revenus, les affaires administratives, se désendetter
  • identifier ses difficultés personnelles, relationnelles ou familiales, développer et évaluer les stratégies pour les surmonter,
  • définir un lieu de vie, foyer ou appartement et s’y installer,
  • être accompagné en situation de dépendance(s), mise en place d’un suivi spécialisé
  • créer un réseau porteur, participer à la vie sociale
  • poursuivre le chemin vers l’autonomie avec l’objectif de pouvoir diminuer le suivi dans le temps,
  • diminuer le risque de rupture en s’appuyant sur des liens porteurs.

 

L’offre d’accompagnement
L’accompagnement peut prendre diverses formes selon la demande formulée par le bénéficiaire :

  • un accompagnement socio-éducatif,
  • des entretiens hebdomadaires basés sur la méthode de l’entretien motivationnel,
  • des visites à domicile,
  • un appui dans les démarches administratives,
  • un accompagnement dans des rendez-vous importants à la demande du bénéficiaire,
  • piquet téléphonique.
  • possibilité, à la demande du bénéficiaire, et moyennant l’accord du référent, de participer à des activités sur le site de Fenil-sur-Corsier (prestation offerte, frais à charge du bénéficiaire)